On décrypte avec vous les transformations des entreprises

Le capital santé des dirigeants, un équilibre encore à trouver

Est-ce dû à la reprise économique et au regain de confiance qui s’ensuit ? Pour la deuxième année consécutive, notre baromètre sur la santé et la qualité de vie des dirigeants de TPE/PME affiche des indicateurs au vert.

Ainsi, 86 % des chefs d’entreprise de TPE/PME estiment être en bonne ou en très bonne santé, soit une progression de 7 % par rapport à 2015, et 8 dirigeants sur 10 déclarent faire ce qu’il faut pour avoir un mode de vie sain. Dans la pratique, ils se soucient davantage de leur hygiène de vie que les salariés : 83 % des chefs d’entreprise interrogés disent veiller à leur équilibre alimentaire (contre 68 % des salariés), et 41 % faire du sport au moins une fois par semaine (contre 39 % des salariés).

Mais derrière cette bonne santé déclarée se cache néanmoins une réalité un peu plus contrastée. S’ils sont plus nombreux qu’en 2015 à lever le pied sur leur temps de travail, le stress est, malgré tout toujours au rendez-vous pour 4 dirigeants sur 10. 52 % des dirigeants déclarent ne pas pouvoir décrocher et 44 % d’entre eux ont du mal à concilier leur travail avec leurs engagements personnels. En cause : un rythme de travail soutenu, le poids des responsabilités, une pression financière mais surtout leur propre passion entrepreneuriale.

L’étude met également en avant le dilemme qui s’impose aujourd’hui aux dirigeants. En effet, s’ils ont bien conscience de l’importance de leur capital santé pour eux-mêmes comme pour leur entreprise 84 % estiment que leur état de santé peut avoir des conséquences sur la performance de leur entreprise ils ont tendance à sacrifier leur santé sur l’autel de leur implication professionnelle. Ainsi, 71 % des dirigeants continuent de travailler même si leur médecin leur prescrit un arrêt-maladie et seuls 18 % d’entre eux respectent la durée d’arrêt recommandée. Toutefois, les dirigeants ne font pas l’autruche et sont demandeurs de solutions préventives adaptées à leurs situations, comme la réalisation d’un check-up santé (pour 41 % d’entre eux).